Design Stories rencontre Daniel Gava

Daniel Gava a plus de 20 ans d’expérience professionnelle dans le secteur du design. Il a occupé des postes importants dans les services de marketing, de relations publiques et de conseil des ventes d’entreprises internationales de renom spécialisées dans le mobilier haut de gamme.
Daniel est également un Design Patron chez le Design Museum de Londres et membre affilié du RIBA (Royal Institute of British Architects). Il participe actuellement à plusieurs projets internationaux passionnants. Aujourd’hui, il nous parlera du showroom comme d’un espace où un dialogue avec les gens peut avoir lieu.

Daniel, comme vous le savez, notre groupe se développe à l’international et nous avons décidé d’augmenter notre présence directe sur le territoire en investissant dans des flagship stores : quelle est l’importance de la présence d’un showroom, quelle différence cela fait-il dans la perception de vos produits ?

La dynamique du marché évolue, les architectes recherchent de plus en plus un point de contact direct avec les entreprises. Les architectes sont obligés de faire de plus en plus de recherches sur les nouveaux produits à proposer à leurs clients. Le réseau de vente d’une entreprise en bénéficie également car la capacité d’affichage est plus grande et plus structurée que celle d’un détaillant. La marque en bénéficie car un showroom devient un lieu de rencontre et de diffusion de la culture d’entreprise.

Nos principaux interlocuteurs sont les architectes, qui apprécient beaucoup la grande capacité de personnalisation de nos produits : qu’est-ce qui importe le plus à un architecte lorsqu’il visite un showroom ?

Comprendre le potentiel de l’entreprise en fonction de leurs idées de conception, avoir une réponse technique immédiate et avoir du personnel qualifié en face d’eux, créer une relation, un dialogue avec ceux qui gèrent le showroom.

Un espace au cœur de Clerkenwell a été pour nous un choix stratégique dicté par le fait que nous voulions accroître la compréhension de nos collections mais aussi faire connaître notre marque : dans quelle mesure un showroom à Londres en particulier peut-il influencer la croissance d’une marque et sa reconnaissance au niveau international ?

Londres, en particulier, est une place de marché qui amplifie les activités locales à l’échelle internationale. De nombreuses tendances dans les projets de design naissent ici et se propagent ensuite dans le reste du monde. Une présence locale permet à l’entreprise d’intercepter ces tendances et de se les approprier, en les traduisant éventuellement en activités de communication, de marketing ou de produit.

La diffusion de notre culture d’entreprise axée sur la durabilité est l’un de nos principaux objectifs : d’après votre expérience, est-ce une question importante pour ceux qui doivent spécifier nos produits ? La salle d’exposition pourrait-elle nous faciliter la tâche ?

Le showroom n’est pas seulement un espace dédié aux produits mais aussi à la diffusion de la culture d’entreprise, qui commence dès la première approche du personnel du showroom avec les visiteurs. Le fait de savoir que je spécifie des produits fabriqués par une entreprise respectueuse de l’environnement me donne l’avantage de pouvoir protéger mon choix/spécification auprès du client.
Certains projets, notamment les projets gouvernementaux, exigent des normes élevées en matière de durabilité : l’affichage du matériel d’information avec les produits peut influencer positivement le choix de l’architecte.

Comment pouvons-nous impliquer nos parties prenantes dans les initiatives de l’entreprise et augmenter le nombre de visites dans les salles d’exposition ?

En essayant d’utiliser au mieux le patrimoine culturel de l’entreprise et en créant des partenariats locaux avec des interlocuteurs reconnus dans la région afin de les diffuser auprès du bon public cible.
En changeant souvent la mise en page pour transférer le concept d’une entreprise dynamique et non statique au monde extérieur.

Le design italien est-il toujours une valeur ajoutée sur le marché actuel ? Quelle est l’importance de la variable Made in Italy dans un projet d’espace de bureaux et comment un showroom peut-il aider à promouvoir le Made in Italy, qui est généralement identifié au design et à la qualité, sur le marché londonien ?

Elle reste importante, mais l’attention n’est plus nécessaire à elle seule pour garantir le succès. Nous nous dirigeons déjà dans une direction où le service et la fiabilité menacent le style et la provenance de fabrication. Et à juste titre, à mon avis.

Si l’on retourne la question précédente, à quel point est-il pratique aujourd’hui de proposer un produit un peu différent de la tendance dominante ? La standardisation du produit selon la tendance du moment est-elle toujours totalement réussie ?

Il s’agit certainement d’un avantage concurrentiel car, comme je l’ai dit précédemment, la nécessité de rechercher quelque chose de nouveau et d’alternatif est un facteur important, mais il ne faut pas tomber dans l’erreur d’être trop alternatif et d’oublier les aspects fonctionnels et pratiques du produit, ce qui compte finalement.

Pensez-vous qu’une présence physique ici à Londres influencera le développement de nouveaux produits conçus en Italie ?

Absolument, tout comme chaque territoire peut fournir des indications importantes sur la préférence de certains tissus, accessoires ou fonctionnalités.
Connaître les designers locaux est certainement positif en termes de croissance culturelle d’une entreprise et de sa proposition de produit.

La tendance à la hausse du nombre de showrooms à Clerkenwell, nous voulions y être aussi, pensez-vous que cette tendance va se poursuivre et comment peut-elle influencer les structures de vente des fabricants ?

C’est un bon choix que vous avez fait, la tendance évolue et la dynamique de vente ici a également changé par rapport à il y a quelques années. Aujourd’hui, le contact direct avec le personnel de l’entreprise est privilégié, et l’entreprise préfère montrer ses capacités de fabricant en exposant un plus large éventail de ses collections dans des espaces dont le style est pris en charge directement par son département de style.

Le grand nombre de salles d’exposition permet-il une bonne cohabitation ou y a-t-il une exagération de la concurrence ?

À Londres, la cohabitation est très bonne je dirais, du moins d’après mon expérience. Comme indiqué précédemment, l’accent est mis ici, de manière pragmatique, sur la satisfaction du client et le service, et si la réalisation d’un projet implique une collaboration entre deux ou plusieurs entreprises, c’est formidable de travailler ensemble.

Vous souhaitez vous abonner à la newsletter
Consenso*

Quadrifoglio Sistemi d’Arredo S.P.A © 2022 | N. Registro Imprese di Provincia: TV N°201385